Entretien

 

Interview de Martin Tzara, journaliste sportif chez TF1:

 

 

Selon vous, le football devrait-il être régi comme une autre économie ?

 

Non, parce que le football n'est pas une économie classique. C'est une économie du "spectacle".Son principe de fonctionnement est différent des autres. Les résultats sportifs conditionnent les résultats financiers. De plus, le sport a ses propres principes : le sportif est l'élément clef, on sort par conséquent des droits du travail classiques des entreprises (CDI, CDD ...)

 

Que pensez-vous des systèmes économiques du football dans les différents championnats européens?

 

Aujourd'hui en Europe, je pense que seul l'Allemagne a su trouver l'équilibre entre économie et spectacle. Aucun des clubs de la Bundesliga n'est, d'ailleurs, en déficit. Quant à l'Angleterre et l'Espagne, ce sont des modèles économiques qui sont vraiment catastrophiques. Ils s'endettent toujours plus pour jouer. Le risque, à l'avenir, est l'implosion de ces deux championnats. Par contre, nous en France, on a compris qu'il fallait changer et on a instauré une DNCG pour aider les clubs. Pour moi, c'était le bon choix. On ne pouvait pas continuer dans cette esprit même si cela a remis en cause notre compétitivité au niveau internationale. Pour revenir à ce que je disais à propos de l’Allemagne, je pense que c'est eux qui sont en avance sur tout le monde et qu'ils se rapprochent le plus économiquement et culturellement du modèle américain.

 

Pourquoi selon vous les droits de télé augmentent alors que le spectacle en ligue 1 appauvri?

 

Pour moi, il est presque impossible de lier spectacle et droits télés. Je pense que c'est seulement la loi de l'offre de la demande qui joue. Les droits montent juste parce qu'il y a davantage de concurrence. Et oui, c'est un paradoxe. Cependant, Orange va très certainement se retirer, ce qui laisserait Canal +, libre de fixer son propre prix. A mon avis, cela nuirait à notre championnat.

 

Qu'est-ce qui faudrait faire selon vous pour améliorer les finances d'un club?

 

Pour moi, les stades sont les piliers de l'économie des clubs. Il faudrait donc les moderniser comme c'est le cas en Allemagne. Regardez, aujourd'hui en Allemagne les clubs de football ont réussis à innover des stades qui offrent de multiples services : de la loterie à l'alimentation en passant par la boutique de sport. Ces nouveaux stades attirent environ 40 000 supporteurs à chaque rencontre et permettent de contribuer à l'attractivité du championnat. En France, ce ne sont que 20 000 supporters qui viennent en moyenne. En Allemagne, les stades sont des "machines à fric". Grâce à ça, les clubs allemands sont en bonne santé financière et arrivent à garder leur joueurs dans leurs championnats.

 

Comment voyez-vous l'avenir du football Européen?

 

Moi, j’attends le krach footbilistico-financier qui va permette de remettre tout les championnats au même niveau et fera changer les mentalités pour évoluer vers un modèle économique ressemblant à celui des États-Unis. Ce modèle n'est pas transposable mais on doit s'en inspirer. Donc pour moi, l'avenir du football Européen est dans le mélange de l'économie américaine et allemande. ( Mais le problème est aussi lié à l'éducation des footballeurs. Pour moi, le footballeur tel qu'il est traité perd tout "entendement"de la réalité. )

 

Pourquoi pensez-vous qu'il faudra une crise pour changer l'économie du football?

 

Je pense qu'il faudra une crise car, surtout, en Angleterre le football est une véritable tradition. Pas seulement au niveau économique mais aussi au niveau sportif. Des rencontres toute l'année. En période de fête de fin d'année, les clubs anglais disputent plusieurs matchs en quelques jours. C'est une folie qui dure depuis plus de 100 ans et qui doit être changer pour préserver le football.

 

 

 

Comment selon vous, pouvons nous arriver à une économie footballistique sereine?

 

Déjà, il faut remettre en question le système de fonctionnement économique du football. Arrêter d'avoir peur de parler d'argent comme c'est le cas en France. Il faut se dire que l'amateurisme c'est fini, et qu'il faut faire place au business "assumé". Il faut procéder à la mise en place de nouvelles stratégies financières. Il faut que les clubs soient propriétaire de leurs stades et puissent appliquer le "naming" ( sponsoring dans de nouveaux stades.) qui est nécessaire si l'on veut passer un cap économique et donc sportif. Il faut aussi changer les mentalités, ne peut se limiter au lois, donner de l'envie et avoir une philosophie. Penser comme une entreprise qui offre du spectacle. C'est cette envie et ce spectacle qui vont amener les gens dans les stades. En appliquant déjà cela et en prenant exemple sur les États-Unis ou l'Allemagne, on peut arriver à une économique qui pourra vivre. Les allemands sont arriver à associer spectacle et économie après la Coupe du Monde 2006 en partant sur de nouvelles bases. Peut-être pourrons-nous faire la même chose après l'Euro 2016 ?

 

 

 

Interview effectué dans les locaux de TF1, le 11 février 2011.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site